Pourquoi on devrait s’abstenir de juger

2

Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/unevieex/public_html/wp-content/plugins/wp-spamshield/wp-spamshield.php on line 2033

De nos jours, il est de plus en plus facile de faire du mal aux autres en les jugeant et en les critiquant. Avec les médias sociaux, n’importe qui peut se créer un profil sur internet, mettre une photo de chat comme photo de profil, s’appeler Kittycat 312 et se permettre d’écrire toute sorte d’obscénité sans répercussions. Mon but est de changer la mentalité ne serait-ce que d’une seule personne, car ce serait déjà beaucoup, mais aussi de créer un monde meilleur où les gens sont plus respectueux les uns envers les autres. Avec la prolifération des moyens de communication, il est aujourd’hui encore plus facile de juger les autres et de les critiquer sans impunité. Regardez les commentaires sur les blogues, les messages sur les réseaux sociaux ou même par mail.

Les gens se livrent dorénavant sans retenue au commérage, ils guettent la vie des autres et la critique est devenue leur passe-temps favori. Ils critiquent les tenues vestimentaires, la façon de parler ou le physique des autres entre amis, dans la rue, au travail, ou sur le web. On est tous amenés un jour à porter un jugement sur les autres. On sait que la première impression est souvent celle qui guide le reste de la relation. Toutefois, « La critique est la puissance des impuissants ». Alors pourquoi est-ce qu’on ressent toujours le besoin de juger ?

Retour aux distinctions : Il faut tout d’abord savoir que juger l’autre, c’est avant tout opérer une distinction, cela crée une séparation entre nous-mêmes et l’autre personne.

Qu’est-ce que le jugement ?

Juger, c’est plusieurs choses :

  • C’est porter un jugement sur soi : c’est se pencher sur ses propres défauts. Par exemple, une personne qui ne travaille pas assez peut dire d’une autre personne qu’elle travaille beaucoup trop et qu’elle préfère avoir de moins bons résultats et travailler moins. Ici, la personne juge l’autre pour justifier ses propres résultats qui sont moins bons que ceux de l’autre. Elle voit en l’autre ce qu’elle ne sera jamais.
  • C’est se défendre : lorsque la différence de l’autre nous trouble ou nous gêne. Par exemple, lorsque l’on dit que ce que l’autre fait n’est pas correct. Tirer l’autre vers le bas pour ne pas avoir à sortir de sa zone de confort, parce que l’on a du mal à se remettre en question ou à tenter de voir le point de vue de l’autre. Dans ces cas, on rabaisse l’autre et l’on dit que ce qu’il fait n’est pas correct.
  • C’est être en manque de confiance : on juge l’autre pour se justifier, car on sait que ce que l’on fait n’est pas la bonne chose, que l’on n’est pas bon, que l’on n’est pas prêt à faire des efforts et à travailler pour obtenir ce que l’on veut. On va donc se rabattre en jugeant les autres, en les critiquant et les rabaissant au lieu de se remettre soi-même en question. On n’a pas confiance en soi, mais on préfère critiquer les autres plutôt que de se remettre en question. Il faut méditer cette phrase : « La critique est la puissance des impuissants ».

Il est important d’y penser lorsque l’on est prêt à critiquer ou à juger une autre personne. Il faut se demander pourquoi on le fait, et essayer de savoir ce qui nous dérange vraiment au fond.

Quatre bonnes raisons de ne pas juger les autres

  1. Cela permet d’éviter les mauvais diagnostics, car on ne connait pas forcément toute l’histoire. Quand on juge trop vite on se trompe souvent. On peut par exemple raconter des histoires fausses, ternir des réputations ou rire d’une personne malade.
  2. Cela évite d’avoir des regrets. En effet, cela va de pair avec ce que l’on vient d’évoquer. Cela peut aller loin et peut faire mal comme blesser l’autre, faire du tort à l’autre ou blesser d’autres personnes impliquées sans le vouloir. Il faut donc faire attention.
  3. Cela n’est pas une preuve d’intelligence. Il y a beaucoup de personnes qui pensent être intelligentes en rabaissant les autres. Mais c’est loin d’être une preuve d’intelligence, c’est tout le contraire, et ça démontre beaucoup plus un manque de confiance en soi que d’intelligence. Lorsqu’on ressent le besoin de rabaisser l’autre pour se mettre en valeur, c’est que l’on a un sérieux problème et qu’il est temps de s’assoir pour se poser des questions. Lorsqu’on critique ou que l’on juge, on n’essaie pas de comprendre l’autre, de voir son point de vue, de s’éduquer sur un nouveau sujet ou une nouvelle culture. On reste simplement dans sa petite bulle à juger et à critiquer, sans chercher à améliorer quoi ce que soit.
  4. Cela n’apporte rien de positif. Ni pour soi ni pour l’autre. Et lorsqu’on parle mal de quelqu’un, on ne se sent pas bien, car la vibration descend et que l’on se sent mal en dedans.

Donc, je vous le demande maintenant, comment est-ce que vous faites pour remédier à cette mauvaise habitude, au commérage et aux jugements ?

La critique est la puissance des impuissants.

Vous aimez cet article ?

Abonnez-vous à l'infolettre pour ne pas manquer les futurs articles !

Invalid email address
Nous respectons votre vie privée.
Partagez.

À propos de l’auteur

Karine Ruel

2 commentaires

  1. Avatar

    J’ai lu votre article avec intérêt, très intéressant,
    Il y a un point que vous n’avez pas soulevé il me semble, enfin c’est davantage un cas pratique donc normal:
    Imaginons: vous êtes une personne ouverte d’esprit, empreint de tolérance, et vous avez en face de vous quelqu’un qui justement juge à tord et à travers, incapable de se remettre en question elle s’acharne à justifier son point de vu, pourquoi elle a raison, sans jamais accepter la façon de voir de l’autre, et ne supportant même pas qu’on puisse lui signifier ce que l’on observe chez elle, sa forme d’impuissance, son absurdité, son jugement extrême.
    Que peut on faire face à ce genre de personne, ne devrait on pas les juger?
    Je veux dire que le jugement et naturel, ne rien dire et laisser invariablement cette personne croire qu’elle a raison c’est très frustrant et usant dans ce cas et en plus elle conduit la situation à s’enliser…
    Bien sûr on peut fuir ses personnes, mais parfois on a pas le choix on doit vivre avec elle.
    À part fuir les conflits ou rentrer dedans et déclancher un tsunamie je ne trouve pas de solution, peut être avez vous un avis la dessus?
    En fait ces personnes qui jugent ainsi peuvent elle réellement changer et en prendre conscience ou sont t’elle réellement condamné à rester ainsi dans leur frustration toute la vie?

  2. Avatar

    Juger l’autre.
    Que veut dire juger l’autre? Pour ma part j’ai la conviction qu’on ne peut pas juger l’autre.
    On peut juger un acte, une parole, une idée. Juger de manière générale c’est prendre position.
    C’est un mécanisme qui nous permet de différencier le bien du mal, le bon du mauvais.
    S’interdire de juger un acte, une parole ou une pensée, c’est ne pas prendre position sur la chose. Que reste il comme mécanisme pour se frayer un chemin? le lancé de dé? tirer à la courte paille.

    Soyons sérieux, déjà dire qu’on devrait s’abstenir de juger c’est un jugement à part entière. c’est une vrai prise de position. Je veux dire par là que le simple fait de dire que juger c’est mal ou bien et un jugement à part entière. Il me semble que le raisonnement se mort la queue?

Laisser un commentaire