Les symptômes de l’épuisement professionnel qui doivent vous alerter

0

Le syndrome d’épuisement professionnel, également appelé « burn-out », possède de nombreuses manifestations psychiques et physiques qu’il est important de savoir déceler. Des millions de travailleurs sont concernés par cette maladie à travers le monde et ce phénomène est en constante augmentation depuis les années 1970. Selon les spécialistes, le syndrome d’épuisement professionnel trouve son origine partiellement dans l’organisation même du travail et peut toucher tout le monde. Certaines personnes sont capables de se protéger tandis que d’autres n’arrivent pas à mettre une distance entre leur vie privée et leur vie professionnelle.

 

Le burn-out est assez mal connu, même si les médias commencent à s’y intéresser. C’est un mal qui peut revêtir plusieurs formes et qui se caractérise par une très grande fatigue émotionnelle, physique, voire intellectuelle. Certaines personnes peuvent cumuler ces trois types de fatigue, ce qui peut s’avérer très grave. Il est donc important d’être en mesure de déceler les symptômes et les manifestations de l’épuisement professionnel chez soi et chez ses proches afin de tirer la sonnette d’alarme à temps. Nous allons vous présenter les différentes manifestations du burn-out qui doivent vous alerter.

 

Épuisement professionnel : les manifestations physiques

 

Il existe un grand nombre de manifestations physiques du burn-out. Certaines peuvent être bénignes comme les crampes d’estomac tandis que d’autres peuvent être beaucoup plus graves comme les malaises cardiaques. Les premières manifestations physiques sont généralement les troubles du sommeil (difficultés à s’endormir, insomnies…) qui mènent à la consommation de somnifères. D’autres manifestations peuvent apparaitre comme les problèmes dermatologiques (démangeaisons, psoriasis, allergies…), les douleurs chroniques (épaules, coudes, tendinites, lombalgies…) ainsi que des vertiges, des malaises et des migraines. Une autre manifestation physique du burn-out est une fatigue anormale qui amenuise les immunités naturelles de l’organisme. Ainsi, un simple rhume peut s’éterniser, car le corps n’a plus la force de lutter efficacement.

 

Épuisement professionnel : les manifestations émotionnelles

 

Il n’y a pas d’émotions spécifiques à l’épuisement professionnel, mais plutôt une accumulation et une répétition d’émotions négatives comme l’angoisse, la tristesse, le découragement ou un sentiment de persécution. Ces émotions touchent les personnes qui laissent leur travail dévorer leur vie privée en acceptant de travailler le soir ou le weekend en dehors des heures de travail. Ce surplus de travail peut susciter un état d’irritation ou de susceptibilité exacerbée, que ce soit à la maison ou sur le lieu de travail. Tout devient excessif, et l’on peut rire ou s’énerver au sujet de choses bénignes.

 

Épuisement professionnel : les manifestations cognitives

 

S’investir trop fortement dans son travail a des conséquences sur le fonctionnement du cerveau. S’il est trop sollicité, ce dernier peut surchauffer, ce qui provoque des pertes de mémoire et des troubles de la concentration. Ces manifestations cognitives provoquent chez les personnes qui en sont victimes un sentiment de panique et de l’angoisse, ce qui est très déstabilisant. Les conséquences peuvent être une baisse de l’enthousiasme et de la motivation professionnelle, qui laissent place à la résignation et à la désillusion. Les professionnels de la santé sont très touchés par ce phénomène, car ils vivent mal le manque de reconnaissance vis-à-vis de leur investissement. Ce sentiment de frustration mène à la déconsidération de soi. C’est pour cette raison que de nombreuses personnes abandonnent leur poste lorsqu’elles vivent cette situation.

 

Épuisement professionnel : les manifestations comportementales

 

Plus la pression monte et plus il y a de conséquences dans la vie quotidienne. Les manifestations comportementales de cette situation peuvent prendre la forme d’une négligence vestimentaire (abandon interne) et d’une négligence des proches (abandon externe). L’abandon externe peut être l’arrêt des sorties familiales ou des activités de loisirs. Ces attitudes de retrait général mènent généralement à un isolement social ainsi qu’à une attitude cynique affichée. Au fur et à mesure, la personne qui souffre d’épuisement professionnel prend ses distances avec son entourage et avec son environnement. Cette situation va souvent de pair avec une consommation élevée de drogue, de médicaments ou d’alcool, des attitudes dangereuses (notamment au volant) et des conflits familiaux.

 

Épuisement professionnel : les différentes phases

 

Des spécialistes ont identifié quatre phases distinctes dans le processus d’épuisement professionnel. Ces phases peuvent être différentes selon les individus et selon l’âge. Elles dépendent également du type de travail et du grade hiérarchique. Voici les différentes phases :

 

Phase 1 : la personne prend du plaisir au travail, elle est satisfaite, impliquée et engagée. Elle accepte les aspects négatifs de son métier et persévère malgré les difficultés. Elle est convaincue d’être récompensée pour les efforts qu’elle fournit.

 

Phase 2 : la personne est toujours satisfaite et motivée. Cependant, son travail commence à déborder sur sa vie privée, elle néglige ses besoins personnels et voit de moins en moins ses amis. Elle est sur engagée professionnellement, travaille plus de 50 heures par semaine et commence à présenter des signes de fatigue évidents qu’elle ignore ou minimise.

 

Phase 3 : la personne ne prend plus de plaisir au travail et ne perçoit plus que les contraintes. Elle est anxieuse et perd l’estime de soi. Elle fait moins preuve d’empathie, critique sa hiérarchie et devient agressive vis-à-vis de ses collègues. Elle fait preuve de surengagement, aussi bien dans son environnement professionnel que privé.

 

Phase 4 : c’est la dernière phase. C’est un long processus (quelques mois) durant lequel l’effondrement fait suite à un décrochage professionnel. La personne craque complètement et se retrouve incapable de prendre des initiatives. Elle peut être coupable de violences verbales et physiques envers ses collègues, ses clients ou sa hiérarchie. Sa personnalité s’effondre et cela affecte son psychisme, ses émotions et son physique. La personne risque dorénavant de subir une grave dépression, et peut également passer à l’acte suite à des pensées suicidaires.

 

Cet état n’est pas à prendre à la légère, il est nécessaire de consulter un médecin avant d’arriver à cette étape. De la même manière, si vous décelez ces différentes phases chez un de vos proches ou chez un de vos collègues, il est nécessaire d’en parler et de ne pas laisser cette personne s’enfoncer vers le burn-out.

 

 

Vous aimez cet article ?

Abonnez-vous à l'infolettre pour ne pas manquer les futurs articles !

Invalid email address
Nous respectons votre vie privée.
Partagez.

À propos de l’auteur

L'équipe Une vie exceptionnelle

Dave et Karine Ruel, fondateurs du mouvement « Une vie exceptionnelle ». Notre mouvement a pour objectif de vous inspirer et vous guider afin de mieux relever vos défis quotidiens. Que ce soit au niveau de votre santé, vos finances, vos relations, la gestion de votre temps et surtout votre bonheur et votre réussite.

Laisser un commentaire