Comment apaiser ses émotions grâce au sport ?

0

Se mouvoir et s’émouvoir sont deux verbes qui possèdent la même racine. Cela indique qu’une émotion correspond à une mise en mouvement. En effet, on a envie de frapper avec ses poings ou avec ses pieds lorsque l’on est en colère et l’on pleure lorsque l’on est triste. Nos émotions provoquent également des modifications dans notre organisme au niveau de notre rythme cardiaque, de notre respiration, de notre température, de nos sécrétions hormonales, de notre tension artérielle, de notre activité musculaire et de notre activité cérébrale. La pratique du sport provoque les mêmes changements et peut donc nous aider à rééquilibrer notre organisme lorsque nos émotions sont négatives.

 

Une émotion peut être assez brève, mais elle peut également s’installer durablement pour devenir une humeur, et dans certains cas, un tempérament. Lorsqu’il s’agit de parler avec un inconnu ou de prendre une décision, notre comportement est régi par des émotions comme la peur, la colère ou la tristesse qu’il est nécessaire de canaliser. Le sport peut servir de canalisateur, car il consume l’hormone du stress, appelée cortisol. L’activité physique produit les hormones du bien-être, les endorphines, qui chassent les humeurs négatives et permettent d’obtenir un état d’esprit positif. Le sport permet de faire passer l’énergie des émotions par le corps, sans chercher à la maitriser, et d’évacuer les pensées négatives.

 

Apaiser la tristesse grâce au sport

 

Pour apaiser la tristesse, il est nécessaire de cultiver l’enthousiasme grâce au sport. Par conséquent, ce n’est pas une bonne idée de commencer à faire du sport avec des inconnus. Il est préférable d’être entouré ou coaché par des amis afin de retrouver plus facilement la joie de vivre. Comme la tristesse engendre souvent une forme de repli sur soi et d’immobilisme, il est conseillé de pratiquer un sport qui privilégie le contact et l’action. Nous ne parlons pas ici d’un sport violent, mais plutôt d’un sport qui encourage la communication et la proximité avec les partenaires, et qui induit un partage des responsabilités pour empêcher la personne triste de se déprécier.

 

Le beach-volley permet de profiter en famille de la plage et du soleil. C’est un sport qui crée de la complicité entre coéquipiers et qui ne laisse pas beaucoup de répit aux joueurs. Lorsque l’on est parent, il est également conseillé de jouer à la corde à sauter avec ses enfants. La gymnastique et la zumba sont des activités qui se pratiquent en musique et qui se révèlent ludiques et toniques. Enfin, pour apaiser la tristesse, il est aussi possible de pratiquer le jogging en pleine nature avec des amis. Le jogging est en effet un antidépresseur très efficace.

 

Apaiser la colère grâce au sport

 

Afin d’apaiser la colère, il faut essayer de développer la compassion. Ainsi, il est déconseillé de pratiquer un sport agressif comme la boxe, le squash ou le sprint. En effet, ces pratiques sportives ne permettent que de se défouler ou de se changer les idées, ce qui ne résout pas le problème, même si cela peut sembler efficace sur le moment. Il faut donc trouver une activité sportive qui consume la colère, mais de manière non violente et qui apprend le self-control. Il est préférable de choisir un sport qui se pratique en groupe, ou au moins à deux, car la bienveillance, l’échange, le fair-play et le respect sont de bons remèdes à la colère. Il est également nécessaire de privilégier un sport qui permet d’apprendre à maitriser sa respiration.

 

Le sport idéal pour apaiser la colère est l’aïkido, car il enseigne l’empathie et la manière de détruire une attaque plutôt que l’attaquant. D’autres sports orientaux sont également conseillés comme le kinomichi et le kyudo (tir à l’arc traditionnel japonais) qui mêle respect des autres et maitrise gestuelle. Les gymnastiques orientales comme le tai-chi, le qi gong et le yoga sont bénéfiques pour les personnes qui ont déjà effectué un travail sur leur colère. Si ce travail n’a pas été effectué au préalable, ces personnes auront tendance à s’énerver très rapidement et à abandonner ces activités.

 

Apaiser la peur grâce au sport

 

Pour apaiser la peur, il est indispensable de renforcer sa confiance en soi. Par conséquent, il faut éviter de pratiquer une activité traumatisante ou trop radicale comme le saut à l’élastique ou le saut en parachute. Le risque est de renforcer fortement son tempérament inquiet. Il est donc conseillé d’adopter une activité sportive sécurisante, mais qui permet tout de même de se confronter à ses peurs, de se dépasser et de favoriser le courage. Il faut également que la personne réalise elle-même les différents gestes techniques et ne reste pas passive. Ce sport doit enseigner le sens des responsabilités et prouver à ses pratiquants que tout le monde possède en soi des ressources pour résoudre les problèmes et franchir les obstacles.

 

L’escalade est une activité sportive qui permet de faire évoluer son corps de manière inhabituelle, à la verticale. Elle expose ses pratiquants à la peur de la chute et du vide, mais elle est sécurisée à l’aide d’une corde, d’une personne qui la tient et de protections. Il faut donc être confiant en soi et en la personne qui tient la corde. D’autres sports aident à apaiser la peur, comme l’équitation, le rafting et la voile qui jouent sur la vitesse et sur le déséquilibre. Le jiu-jitsu brésilien aide à appréhender la peur, puisqu’il nécessite de puiser dans ses facultés pour trouver la sérénité et pour renverser des situations défavorables.

 

Apaiser l’amertume grâce au sport

 

Afin d’apaiser l’amertume, il est nécessaire de réapprendre à s’émerveiller. Pour combattre l’amertume, il est déconseillé de se livrer à des confidences avec des amis compatissants ou eux-mêmes habités par ce mal. Le meilleur moyen d’apaiser l’amertume est de trouver un cadre social où règne la joie et de trouver une activité qui apporte du plaisir. L’amertume résulte d’une injustice et de frustrations. Elle mêle des émotions négatives comme la honte, la colère, la tristesse, les regrets et la déception. Une personne qui souffre d’amertume doit réapprendre à s’émerveiller en se laissant toucher par la beauté de son environnement, en acceptant sa vulnérabilité et en s’ouvrant sur le monde.

 

Pratiquer la course à pied dans le but de défendre une cause humanitaire ou une cause médicale permet de révéler son altruisme et de donner un sens à ses efforts. La marche nordique est aussi porteuse d’énergie positive lorsqu’elle est pratiquée avec un groupe d’amis. En général, les activités en pleine nature éveillent les sens et offrent un regard neuf sur son environnement. Les activités aquatiques comme le snorkeling et la plongée apportent les mêmes bénéfices tout en permettant d’évoluer dans un environnement féérique.

 

 

Vous aimez cet article ?

Abonnez-vous à l'infolettre pour ne pas manquer les futurs articles !

Invalid email address
Nous respectons votre vie privée.
Partagez.

À propos de l’auteur

L'équipe Une vie exceptionnelle

Dave et Karine Ruel, fondateurs du mouvement « Une vie exceptionnelle ». Notre mouvement a pour objectif de vous inspirer et vous guider afin de mieux relever vos défis quotidiens. Que ce soit au niveau de votre santé, vos finances, vos relations, la gestion de votre temps et surtout votre bonheur et votre réussite.

Laisser un commentaire